Paroles de papas : la grossesse

Pour continuer dans ma lancée « paroles de papas » j’ai demandé à mon homme de me donner son envers du décor concernant la grossesse. Ce qu’il trouve bizarre, ce qu’il aime, ce qu’il ne comprend pas… J’ai donc retranscrit ce qu’il m’a raconté. Je décline toute responsabilité concernant ce qui va suivre.

Petite alerte avant la lecture : il n’a rien aimé ahah. Il trouve absolument tout « bizarre ».

Voici donc les 4 choses que mon homme trouve incongru pendant la grossesse.

« Déjà, il faut que vous sachiez que jamais je ne serais prêt à être papa. Même si j’en suis un. Et que j’ai un merveilleux petit garçon. Je ne suis pas prêt à me déclarer « prêt » (ahah tu comprends la nuance ?).

La grossesse de ma femme n’est donc pour moi qu’un nuage nébuleux de mystère et de bizarrerie.

1/ Les femmes enceintes pleurent. Beaucoup. Pour rien.

Autant ma femme est en général une warrior, autant quand elle est enceinte, c’est une vrai chouineuse. Et j’avoue que je n’avais pas l’habitude de gérer ses crises de larmes inopportunes.

Il n’y avait plus de jus d’orange sans pulpe au supermarché ? crises de larmes. « nan mais tu comprends pas, la pulpe c’est dégueulasse !! et le matin j’ai envie de mon jus d’orange pour me donner des forces, je suis tellement épuisée !!! tu ne me comprendras jamais !!!! » BON.

Elle ne trouve pas son épisode de Grey’s Anatomy sur le net ? crise de larmes. « c’est MON moment de la semaine, où je décompresse, où je déconnecte. Et j’arrive pas à le trouver !!!!! » BON.

Et je peux vous en lister un paquet de ces situations merdiques où je me retrouve comme un con à ne pas savoir comment réagir face à cette madeleine gonflée de larmes.

La seule solution est de subir. D’acquiescer même si on trouve ça très con. De comprendre qu’une femme enceinte est sujette à bon nombre de dérèglement hormonaux et que tout rentrera dans l’ordre quand elle aura pondu son œuf. COURAGE FORCE & HONNEUR.

2/ Le corps d’une femme enceinte change beaucoup. Vraiment beaucoup.

Je m’attendais à ce que son ventre s’arrondisse, je ne suis pas complètement con, merci bien ! Mais ce que je n’avais pas prévu c’est que… et bien tout le reste s’arrondit aussi. Même ses orteils ressemblent à des knackis par moment. Et puis il y a ses zébrures qui peuvent apparaître sur son ventre, comme si sa peau se déchirait. Très perturbant. Mais petit conseil aux futurs papas qui liront cet article : NE JAMAIS FAIRE DE REMARQUES. NI DE COMPARAISONS. Ne jamais prononcer « baleine » ou « éléphant » en sa présence. Je parle en connaissance de cause. Votre rôle est de lui dire qu’elle est sublime et rayonnante, même si au fond de vous, vous savez que ce n’est pas tout à fait vrai. Dites-vous qu’elle le redeviendra un peu plus tard.

3/ le sexe avec une femme enceinte demande beaucoup de patience et d’organisation.

Déjà par rapport à certaines positions qui deviennent subitement problématiques. Et puis faut quand même se l’avouer, un ventre bien rond c’est quand même bien encombrant. Et puis psychologiquement, se dire qu’un bébé gigote à l’intérieur de ce ventre, ça fait un peu Alien. Perturbant à souhait. Cela demande donc beaucoup de recul pour réussir à combiner nos corps pour atteindre une osmose jusqu’alors assez induite. Un peu comme deux adolescents qui redécouvrent les joies du sexe quoi.

4/Le naissance de votre enfant est le moment le plus terrifiant qu’il soit

Beaucoup parle de « miracle de la vie », et avec le recul je les rejoins. C’est un sacré miracle de sortir de cette épreuve vivant. Et si vous avez l’estomac fragile, jeunes papas, ELOIGNEZ VOUS DE LA ZONE SINISTREE. Restez auprès de votre femme, dans un périmètre de sécurité qui va de la tête au nombril. Ne descendez pas plus bas, pour votre bien. J’ai fait l’erreur de passer derrière le médecin quand j’ai voulu allé de l’autre coté du lit, pour atteindre le brumisateur d’eau posé sur la table. C’était une intention louable, j’avais envie de brumiser ma femme pour lui faire du bien. Je ne pouvais pas contourner le lit par en haut car il était collé au mur. J’ai donc été obligé de passer par en bas. Et mon fils avait déjà la tête dehors quand je suis passé. Et je m’étais interdit de regarder. Mais j’ai regardé. ET J’AI REGRETTÉ ! PUTAIN ! J’AI REGRETTÉ COMME JAMAIS. Je suis un cérébral moi, je garde en mémoire tout ce que je vois, et ça pour le coup j’aurai aimé l’effacer pour toujours. Il m’en a fallu du temps pour oublier et pour voir ma femme comme avant.

Honnêtement, aussi cynique et sarcastique que je puisse être, j’ai acquis un respect certain pour ma femme quand elle a donné naissance de notre fils. Les femmes sont sacrément badass si vous voulez mon avis. La mienne se plaint rarement en général, donc quand elle s’est mise à hurler de douleur et à demander qu’on l’achève, j’ai frôlé la crise d’apoplexie tellement je paniquais.

Pour finir…

La Grossesse avec un grand G, est difficilement compréhensible pour les hommes. Mais j’en sais suffisamment pour fermer ma gueule et aller lui chercher ses nuggets, même quand elle les demande à 3h du matin. Parce qu’en toute transparence, les hommes seraient incapables de vivre ces 9 mois de chamboulement et cette apothéose de douleurs à la fin.

Alors BIG UP Mesdames ! »

Written By
More from Dina

Pires jouets d’enfants : On dénonce !

Bon. L’heure est à la dénonciation. L’heure de vérité disons. Du gros...
Read More

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *