Top 5 des moments où nos enfants nous sauvent la vie!

Etre maman ça a de nombreux avantages, on le sait. Outre le fait d’avoir un ou plusieurs petits êtres qui nous considèrent comme la personne la plus importante de l’univers, il y a des fois où nos enfants nous sauvent la vie! Carrément!

Et on ne va pas se mentir, des fois c’est limite-limite !


Quand on a la flemme d’aller au boulot.

Lundi matin 6h. Le réveil retentit. Ton cerveau reste inerte, ton corps ne répond pas, ta motivation s’est faite la malle. Tu ouvres les yeux dans le noir (ce qui entre nous ne sers strictement à rien, autant les garder fermés puisqu’il fait noir, bref !) tu regardes le plafond (enfin façon de parler car il fait noir, donc.) tu fixes le plafond je disais, et tu assistes au débat qui agite ton petit ange à droite et ton petit démon à gauche : «mais reste au lit ! il fait encore nuit dehors !», «KOUA ? mais non ! ce n’est pas correct vis-à-vis de ton chef, allez allez on se lève !», «franchement, as-tu VRAIMENT besoin de ce travail ?», « euuuh la réponse est oui, affirmatif, POSITIVEMENT OUI», «t’as qu’à dire que ton fils est malade, ça passe toujours ça !», «… ok j’avoue».

Bingo, ils s’entendent enfin : l’excuse de «mon fils a la grippe, la crèche ne l’accepte pas !» c’est un peu notre joker, notre réconfort pour les jours de grosses flemmes.

Bon moi j’ai du mal avec l’idée d’inventer des maladies à mon gosse puisque la superstition m’en empêche. Mais bon, une petite grippe c’est pas dramatique non plus… non ? NON ?

Pour éviter la sortie relou.

Ça fait 3 fois que ta collègue méga lourdingue te propose d’aller boire un verre après le boulot. 3 fois que tu refuses parce que t’aime pas sa gueule. «Je dois filer c’est moi qui récupère mon fils chez la nounou !». Qu’à cela ne tienne, elle te propose une petite virée shopping samedi après-midi. Bordel c’est qu’elle insiste la bougresse ! Et à moins de frôler l’incident diplomatique dans l’open space, tu ne te vois pas lui refuser ça aussi. «ok on fait ça ! à samedi !».

Sauf ce que ce qu’elle ne sait pas, c’est que samedi ton fils va se taper une sieste de 5h et que ton homme est parti aider sa maman faire une course. Enfin c’est ce que tu lui diras «tu comprends je n’ose pas le réveiller il va être groggy et chiant sinon, mais on remet ça promis !». Alors qu’on sait très bien que ton gosse va dormir 40mn à tout casser et que ton homme sera affalé devant le foot à la tv.

Pour se débarrasser de la déco de belle maman.

Si tu as la chance d’avoir, comme moi, une belle mère qui se prend pour le futur Rodin, alors tu as déjà été confronté à cette situation délicate : le cadeau personnalisé. Genre un vase décoré par ses soins. Le style peinture doré avec pleins de strass collés dessus. Loin des standards scandinaves qui font fureur actuellement.
Du coup ça t’embête de devoir lui dire que c’est immonde, même si entre nous c’est carrément immonde. Tu te demandes même si elle n’a pas fait exprès de faire un truc moche pour voir si tu allais oser l’exposer chez toi. La mienne en serait tout à fait capable cela dit.

Te voilà donc avec un vase douteux posé sur la table de ta salle à manger. Et qui va finir par inadvertance à la poubelle quelques jours plus tard. OUPS. «Oui c’est Adam le vilain garnement! il a joué au ballon alors qu’il sait que c’est interdit ! mais bon voilà, il a 2 ans et demi tu comprends ! bref, un coup de ballon et ton joli vase n’a pas survécu. Quel dommage. Quoi ? m’en refaire un ? Non ne t’embête pas ! Je m’en voudrais si Adam le recasse tu comprends ! »

Quand t’as envie de te faire plaindre.

Tu passes la journée avec tes enfants,  et dans l’ensemble ils sont plutôt agréables, rien à déclarer niveau bêtises ou emmerdements. Mais voilà, t’as envie de te faire plaindre un peu. Alors quand papa rentre du travail, tu embrayes sur un discours de fin du monde «PFFFFFFF je te jure ils m’ont É-PUI-SÉE. Ah nan mais franchement je ne tiens plus debout ! Je suis au bord de la crise de nerfs tu entends ???» le chéri n’y voit que du feu et se propose même de gérer les rituels du soir pour les deux bambins pendant que tu trainasse sur le canapé… mère indigne !

 

Quand t’as perdu le document de la banque.

Oui, tu sais ce document que tu dois retourner signé avant la fin de la semaine sinon t’as plus d’argent ? et bien, bordélique comme tu es, tu ne sais pas où tu l’as mis. Ce n’est pas super responsable d’avouer ça à ta banquière. Alors qui est ce qui a dessiné dessus au marqueur indélébile ? ton fiston chéri ! enfin c’est ce que tu diras. Honteusement car finalement ton pauvre fils n’y est pour rien si t’es une désorganisée chronique. Mère indigne ! (bis)

 

Bon, à partir d’un certain âge, toutes ces excuses ne sont plus valables. Soit parce que les enfants seront bientôt capables de te dénoncer, soit parce que tout cela ne sera plus crédible, tout simplement.
Et là ma vieille faudra se ressaisir et affronter la dure réalité bien en face ! namého !

Written By
More from Dina

Inspirée par la nature… découverte Lenor

Qui dit enfants, dit lessive. Beaucoup de lessives. Je ne vous apprends...
Read More

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *