L’apprentissage de la propreté, un laborieux périple !

By Posted on 0 7 m read 33 views

Il y a quelques jours je vous faisais part sur facebook d’une petite anecdote de mon fils sur l’apprentissage de la propreté, qui vous a beaucoup plu. Il était question d’écharpe de manteau et de bonnet, que devait mettre son caca avant de descendre dans les toilettes (ça vous parle ? 🙂 ). Je vous disais que c’était laborieux, et pourtant ce n’était que la partie visible de l’iceberg, le début de la fin d’un long calvaire.

Les débuts

Quand Adam a eu 2 ans, en mars 2017, j’ai commencé à y penser. Je me disais qu’il serait temps que s’y mettre, de tâter le terrain. Et bien je n’ai pas été très bien reçue. Adam n’était pas prêt. Déjà, il n’acceptait pas le pot. Enfin je veux dire, il acceptait de s’y asseoir mais il ne faisait rien dedans. On m’a conseillé de le laisser à porter de main et de vue, donc je l’ai mis dans le salon pour que petit à petit il fasse partie de son environnement. Gros échec, il préférait faire dans sa couche, et rester avec cette couche pleine sans même me dire qu’il l’avait remplie, si vous voyez ce que je veux dire. Avoir 3kg de merde collé le cul ne le gênait pas (et là vous voyez ce que je veux dire ?)

Du coup, après quelques semaines d’essai, j’ai préféré faire une pause. Je suis du genre psychorigide et lorsque je me mets un objectif en tête, je ne lâche rien avant de l’atteindre. Or là, je sentais bien que j’étais loin, donc j’ai préféré repousser pour plus tard. Après tout il lui restait une année entière avant l’école, on était large !

Et surtout, une phrase de la pédiatre m’étais restée en tête : j’étais enceinte d’Hana à cette époque, et elle m’avait dit qu’une fois que la petite sœur serait là, il pouvait y avoir un « retour en arrière » de la part d’Adam. Nous ne savions pas comment il allait réagir à l’arrivée d’Hana, et elle m’a prévenue que tout ce qui était récemment acquis pouvait disparaître : la propreté, la suppression de la tétine ou du biberon, etc.

Alors, raison de plus pour attendre un petit peu.

La petite pause

Hana est née le 29 juin 2017. Et comme je vous l’avais raconté dans l’article décrivant « l’arrivée du deuxième » ce fut assez cauchemardesque.

Mon fils a eu beaucoup de mal à accepter sa sœur. Pour couronner le tout, 3 semaines après sa naissance, mon mari s’est absenté quelques semaines, me laissant seule avec un nouveau-né et un petit tyran de 2 ans et demi.

Rien que de repenser à cette période, j’en ai des sueurs froides. Il était juste inconcevable pour moi d’aborder le sujet de la propreté sereinement à ce moment-là. Et puis Adam devait rejoindre son père 15 jours chez ma belle-mère, donc j’avais demandé à mon mari de confier à sa mère la mission propreté. Après tout, c’était elle qui s’en était occupé avec ses 2 autres petits fils (les enfants de sa fille). Surtout qu’Adam allait passer les 15 jours avec eux, je me suis dit que l’effet d’imitation pouvait aider à accélérer le processus…

Finalement ma belle-mère avait autre chose à foutre visiblement. Mon mari m’a expliqué qu’une fois, Adam avait fait pipi dans son short et qu’elle lui avait remis une couche pour ne pas que cela se reproduise… une fois ! un tout petit accident, et cela lui a suffit pour abandonner. PAS MERCI LA BELLE DOCHE.

Bref, il fallait encore retarder la chose.

La stagnation

A leur retour de vacances en août, et jusqu’à décembre, j’ai tenté de trouver le moyen de supprimer cette foutue couche, sans succès. Alors bien sûr, j’ai tout essayé, j’ai écouté tous les conseils de mon entourage :

  • La récompense à chaque pipi dans le pot
  • Les gommettes à coller à chaque fois
  • Les encouragements
  • L’urinoir rigolo
  • Lui proposer toutes les 10 minutes
  • Instaurer un rituel pipi avant et après chaque repas et chaque dodo

Bref, j’en devenais malade, et lui ne s’en souciait pas. Pire ! Quand je lui enlevais la couche et que je le posais sur le pot, il ne faisait rien, mais 2 minutes après avoir remis son boxer, il se faisait pipi dessus. Je me demandais presque s’il ne faisait pas exprès de se retenir pour faire dans son pantalon JUSTE POUR M’EMBÊTER !! J’étais découragée. Je voyais ses petits copains autour de lui qui faisaient des progrès, et lui qui n’avait pas l’air de vouloir évoluer.

Alors bien sûr, je sais que chacun son rythme et qu’il ne faut pas brusquer un enfant, mais il était tellement vif par ailleurs, je n’arrivais pas à accepter qu’il puisse ne pas réussir à franchir cette étape.

Le déclic

La 17 mars 2018, il a eu 3 ans. C’était pour moi la date ultime. Psychologiquement 3 ans c’est l’école donc même s’il restait encore 6 mois avant la rentrée, il fallait qu’il y ai une amélioration.

J’ai abandonné le pot, voyant qu’il ne s’y intéressait pas et qu’il n’y faisait aucun de ses besoins, et je lui ai pris un réducteur de toilettes.

Il était « grand » il fera ses besoins comme les « grands ». Lorsqu’il voulait m’accompagner aux toilettes, j’acceptais. De toute façon, l’intimité quand t’es maman, elle est vraiment relative…

Je le laissais tirer la chasse d’eau, et lui expliquais la démarche. On est passé aux couches-culottes (pants) que j’appelais juste « culotte » d’ailleurs, pour qu’il se détache complètement du terme « couche ».

Je lui proposais d’aller aux toilettes toutes les 5 minutes, littéralement en boucle. UNE FOLLE.

« Adam tu veux faire pipi ? Tu veux faire caca ? Adam tu fais pas pipi dans ta culotte hein ? Tu as envie de faire caca au toilettes ? »

Au début, ça le soulait, on ne va pas se mentir. Mais petit à petit cette litanie s’est ancrée dans son cerveau. Je lui faisais répéter : « Adam on fait pas pipi dans la culotte, on fait pipi…. ? » et il répondait « DANS LES TOILETTES ! »

Et ça a marché !

Il a commencé peu à peu à vouloir aller aux toilettes. Surtout pour la grosse commission au début. Il se faisait une joie de tirer la chasse d’eau et il voyait que j’étais toute contente. En fait, je crois que ça lui faisait plaisir de me faire plaisir.

Surtout que lorsqu’il y avait des ratés, et qu’il faisait dans sa couche, autant vous dire que la bienveillance n’était plus au rendez-vous. Je le grondais franchement.

Alors oui, je sais qu’il ne faut pas, et j’ai mis beaucoup de temps avant de péter des câbles, mais quand j’ai vu qu’il était physiquement capable de se retenir, de contrôler ses muscles, mais qu’il ne faisait pas l’effort… Je voyais rouge.

Surtout que lorsqu’il faisait dans la couche, il partait s’isoler d’abord. Par exemple il pouvait jouer tranquillement dans le salon, puis d’un coup disparaître dans sa chambre ou dans la « salle de jeux ». Là je pouvais être sûre qu’il était en train de faire sa petite affaire. LA FRUSTRATION. Se dire qu’il comprend le principe d’aller s’isoler, mais qu’il refuse de le faire aux toilettes !

Alors oui, je le grondais. Je lui disais que le caca voulait aller jouer dans l’eau des toilettes et qu’il partait rejoindre son papa et sa maman (oui je commençais presque à devenir tarée avec cette histoire). Je lui disais aussi que lorsqu’il fera pipi et caca aux toilettes, il pourra aller à l’école.

Les filles de sa nounou sont à l’école donc il a une idée bien précise de ce que c’était et il avait vraiment envie d’y aller donc je pense que ça l’a bien aidé également.

Aujourd’hui

Pour la grosse commission, c’est acquis. Il porte toujours ses couche-culotte, mais il me prévient systématiquement lorsqu’il veut faire caca et maintenant c’est toujours aux toilettes.

Côté pipi, disons que c’est acquis à 80%, il arrive à me prévenir à temps pour qu’on y aille ensemble, mais parfois il est tellement absorbé par un jeu, un dessin animé, un livre, qu’il s’oublie.

Rien de grave cependant, il me prévient quand même mais en me disant « je fais pipi maman ».

On tient le bon bout en tout cas. D’ici la rentrée ça sera bouclé et c’est TANT MIEUX !!

Quand je pense qu’il va falloir que je recommence avec sa sœur, mon dieu j’ai pas hâte !

 

Comment ça se passe chez vous ? Vous auriez des astuces qui ont fonctionnées ??

Share this article

What do you think?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

No Comments Yet.