Être enceinte : les choses que j’ai pensé pendant ma grossesse.

By Posted on 0 4 m read 30 views

Quand on attend un enfant, on est globalement dévouée à lui. On a accepté l’idée qu’être enceinte c’est mettre notre corps en location le temps de la fabrication du dit-bébé et on prend notre mal en patience pendant la grossesse. Et pendant ces 9 longs mois, il nous en passe des choses par la tête, ah ça oui !

Je ne veux plus rien avaler de ma vie

Ça c’est la faute aux nausées. Ces saloperies te coupent l’appétit et te rendent grognon. Tu passes la journée le nez dans la cuvette des toilettes et rien que l’idée de boire un verre d’eau te soulève le cœur.

C’est moi ou j’ai les seins qui ont doublé de volume ?

Le genre de phrase qu’on se dit en se tâtant la poitrine devant le miroir. Car en effet, pendant la grossesse on prend des seins. Et si vous avez un peu de chance, vous les gardez même après avoir accouché, la preuve par moi ! Je suis passé d’un 90B avant mes grossesses à un 95D aujourd’hui. Pamela Anderson, gare à ton décolleté, j’arrive !

Je ne peux plus me relever, c’est fini.

En général quand t’es allongée dans ton lit, sur le dos évidemment, et que tu te sens bloquée de partout. Tu ne peux même pas te mettre sur le côté, tu es BLO-QUEE. Ca dure quelques minutes pendant lesquelles tu peux à peine respirer, mais ces interminables minutes te donnent l’impression d’être une tortue retournée sur sa carapace qui va mourir à petit feu au soleil. Sauf que toi, la carapace, tu l’as sur le ventre.

Je ne sais même pas si je suis épilée là bas dessous.

Et ça vaut pour le minou et pour les jambes. Ou du moins les cuisses. C’est bien simple, cette zone devient terre inconnue pendant facilement 3 mois. Tu ne peux plus rentrer en contact visuel direct avec cette partie de ton corps, tu tentes quelques coups de rasoir à l’aveugle pour ta conscience mais tu sais que c’est une catastrophe quand même.

Est-ce que c’est VRAIMENT dangereux de manger ces sushis ?

A ça tu te la pose souvent cette question. Et aussi sur l’histoire de la cuisson de la viande. Franchement est-on obligée de la manger bien cuite? Genre aussi dure que les abdos de M Pokora ? Non hein, à point c’est le minimum. Voire saignant si tu veux vivre dangereusement. Je ne vous cache pas que pour Adam je respectais toutes les consignes scrupuleusement, mais pour Hana c’était vraiment le bordel : sushis, viande à point limite saignante, fromage qui pue… On pourrait m’inculper pour tentative de meurtre à ce stade je vous assure.

Mais comment font les éléphantes pour être enceinte aussi longtemps ?!

Un éléphant a une période de gestation d’environ 22 mois. 22 MOIS. Presque 2 ans. Quand j’ai appris ça, j’étais enceinte d’Hana, dans mon 7ème mois. Et je peux vous dire que ça m’a fait relativiser. J’en pouvais plus, j’étais au bout du rouleau, j’en avais ras la couette… Et je me suis imaginée dans la peau d’une éléphante (c’était facile vu le poids que j’avais pris) à devoir tirer encore 15 mois. Honnêtement j’ai failli pleurer ce jour-là.

KOUAAAA ? C’est ça une contraction ?

C’est que moi je pensais que je venais de me prendre une balle en plein ventre. Je cherchais le terroriste dans les parages. J’ai été carrément surprise de la douleur que ça représentait. Je m’imaginais une douleur un peu comme celle des règles douloureuses, en un peu plus fort. Et dans l’absolu c’est à peu près ça. Je n’avais juste pas la notion du « un peu plus ». J’aurai plutôt dit « 10000 fois plus » pour être tout à fait correcte.

Je ne vais pas y arriver, laisse-moi mourir là !!

Pour Adam, j’ai rompu la poche des eaux chez moi, et les contractions qui ont suivies étaient juste inhumaines en termes de douleur. Je vous racontais mon accouchement dans cet article et je vous disais qu’à un moment je ne pouvais plus avancer. J’avais demandé à mon mari de me laisser dans le couloir, là, par terre, et que j’allais mourir ici.

PLUS JAMAIS !!!!!!!

Ca c’est quand pour Adam, la péridurale n’a pas eu le temps de faire effet et que j’ai accouché dans la douleur la plus totale en 2 poussées qui m’ont parues aussi longues que si j’avais couru le marathon de Paris en talons aiguilles. UNE HORREUR.

Bon finalement ça vaut le coup…

… me suis-je dis en prenant mes enfants dans mes bras, après quelques minutes de vie. Ça vaut carrément le coup. Ces petits trucs sont à moi. Rien qu’à moi. Mes bébés.

Share this article

What do you think?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

No Comments Yet.