Mon enfant a le droit de taper si on le tape.

By Posted on 1 3 m read 81 views

Cela va probablement susciter quelques polémiques mais depuis la naissance de mes enfants, je suis assez rigide sur le sujet. La légitime défense commence dès le début. Dès le plus jeune âge. Et mon enfant a le droit de taper si on le tape.

Je ne prône pas la violence. Mon fils, qui est en petite section de maternelle, n’est pas un petit garçon violent, loin de là. Je lui ai expliqué qu’il ne fallait pas taper, quelque soit le problème qu’il rencontre. Qu’il fallait parler avec sa bouche plutôt qu’avec ses poings. Et je crois qu’il a compris ce principe. Du plus loin que je me souvienne, il n’a jamais été initiateur d’un coup ou d’une bagarre. Il a pour consigne de le dire à la maitresse lorsqu’il surprend 2 camarades en train de se battre. Si par hasard il se faisait taper, je lui ai expliquer que parfois il se pouvait que le petit garçon ou la petite fille n’ai pas fait exprès. Et dans ce cas, il peut leur demander de s’excuser. Et bien sûr d’arrêter de taper.

Par contre s’ils continuent, il a le droit de rendre les coups.

Je l’assume clairement. Si un enfant le tape une fois, et qu’il recommence, bien que mon fils lui ai demandé d’arrêter, alors il peut le taper. Pour moi il s’agit d’un cas de légitime défense. Et cela va tellement vite de nos jours, les cas d’enfants harcelés sont tellement fréquents dès la maternelle, que je préfère qu’il se fasse punir de s’être défendu, plutôt qu’il devienne le souffre douleur de brutes mal élevées.

J’estime qu’un enfant qui se défend devient plus difficile à transformer en victime. Tant qu’il connait la différence entre “taper” et “rendre un coup”, alors selon moi, tout va bien. J’en ai parlé à sa maitresse, lui demandant de me prévenir si Adam était initiateur des coups, et jusqu’à présent elle n’a jamais eu à se plaindre de lui.

Sauf une fois.

Elle m’a dit qu’il avait tapé un camarade dans la cours de récréation et qu’elle a dû le punir. Mon sang n’a fait qu’un tour. Après avoir discuté avec mon fils, il m’a expliqué que ce garçon l’avait poussé contre un arbre. Il lui a dit d’arrêter mais il l’a repoussé aussitôt. “Alors maman, moi aussi je l’ai poussé parce qu’il n’a pas voulu arrêter”.

Je suis retourné voir la maîtresse pour lui expliqué ce que mon fils m’avait dit et en effet, Adam lui avait raconté la même chose. Sauf qu’elle n’a pas vu le garçon le pousser en premier. Alors il n’a rien eu. J’étais très en colère. Mais j’ai compris.

Personne n’est là pour les défendre. Les maitresses et atsem ne peuvent pas être partout. Et elles doivent également dissuader les enfants d’être violents entre eux en punissant ceux qui tapent ou poussent. Mais dans un cas comme celui de mon fils, je suis contente qu’il se soit défendu. Même s’il a été puni, il ne s’est pas laissé faire et pour moi c’est le principal.

Depuis, il ne s’est pas refait tapé, et de toute façon je sais qu’il saura comment réagir. Je lui ai expliqué qu’il avait très bien fait et que si l’occasion devait se représenter, qu’il n’hésite pas à le refaire. Même s’il est puni.

Rien de grave, tant qu’il ne se laisse pas faire.

Share this article

What do you think?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1 Comment
  • kassandra
    janvier 21, 2019

    Je pense que tu as totalement raison !
    Pourtant je passe mon temps à dire à mon fils que si quelqu’un lui fait mal il doit aller le dire à la maitresse… C’est compliqué je me rend compte que je ne sait pas trop moi même.
    Effectivement c’est arrivé plusieurs fois qu’une prof me dit que mon fils s’est “bagarré” ou qu’il a “poussé” quelqu’un. A chaque fois mon fils m’a dit “mais il a commencé”
    Je pense que je vais appliquer ce que tu dis 🙂 C’est un juste milieu à mon sens.

    Un jour j’avais été en colère aussi, en arrivant à l’école, mon fils puni. “Ah mais il a dit un gros mot” je l’ai écouté, j’ai attendu de sortir et d’être seule avec lui.
    Mon fils si calme avec son si petit coeur est sorti de ses gonds et j’ai compris qu’il disait vrai. Je lui ai appris à me dire les choses, du coup quand il a vraiment fait une bêtise il me le dit mais si il dit l’inverse je le crois. J’ai été voir la prof le lendemain. Elle a continué à dire pareil. Tant que mon fils sait que je le crois ça me va.. Mais les prof devraient parfois être plus attentifs et plus juste.

    (Pardon… Je t’ai fait un roman… 😀 )