Les débats sans fin sur la parentalité.

By Posted on 0 4 m read 28 views

L’humain a toujours besoin de parler, de juger, de jauger. C’est naturel et commun à tous. Les débats permettent d’échanger nos points de vue, d’enrichir notre culture générale et de s’ouvrir aux autres. Oui mais voilà, les débats peuvent être parfois houleux, notamment lorsqu’il s’agit d’aborder le sujet de la parentalité.

C’est fou comme ce sujet peuvent engendrer des tensions. C’est pour moi un des sujets les plus controversés, avec la politique et la religion. Tout le monde se permet d’avoir un avis, et surtout de juger celui qui penserait différemment.

Allaiter / Donner le biberon

Commençons avec un des pires. Alors qu’on pourrait se dire que chacun fait bien comme il le souhaite, ce thème fait couler beaucoup d’encre (et de salive) à chaque fois qu’il est abordé. Les pro-allaitement prennent de haut les mamans biberonnantes, les considérant comme des sous-mères. Les adeptes du biberon ne comprennent pas l’engouement autour de cet allaitement sacro-saint. Et puis il y a celles qui font comme elles peuvent, sans juger ni dénigrer personne, mais qui se retrouvent balloter entre les deux camps.

Dodo seul / Cododo

Là encore, il n’y a pas de bonnes ou mauvaises manières d’endormir son enfant. L’instinct maternel est censé être une bonne boussole pour savoir ce qu’il faut faire. Après tout, si l’enfant et la maman y trouvent leur compte, où est le problème ? Et bien le problème réside dans le fait que les pro-cododo accusent les autres d’abandonner leurs enfants par confort, et les pro-dodo seul, jugent les autres de mères poules qui engendreront des enfants sur-couvés. Tristesse.

Motricité libre

Je ne connais pas le contraire de “motricité libre”. J’avais pensé à “motricité accompagnée” mais cela sous entendrait que les enfants en motricité libre ne sont pas accompagnés alors que c’est tout sauf ça. En fait, la différence entre les deux, c’est surtout le rythme. Avec la motricité libre, l’enfant évolue à son rythme. Et pour l’autre forme de motricité, l’enfant évolue au rythme du parent. Ou du moins, il est fortement encouragé à évoluer selon un rythme que le parent aura jugé bon. Pour la marche par exemple, en motricité libre on attend que l’enfant se mette debout seul et qu’il tente de faire ses premiers pas en solo aussi. Mais il y a aussi cette façon d’encourager bébé, en le mettant debout et en l’incitant à faire ses premiers pas. Imaginez donc le clivage entre ces 2 manières de voir les choses… Une catastrophe !

DME

La diversification menée par l’enfant demande beaucoup de courage, de self-control et de patience. 3 choses qui sont difficiles à combiner parfois.  Laisser son enfant manger seul, sous surveillance certes, mais seul, n’est pas chose aisée. Mais c’est une bonne manière de lui apprendre à manger. Certains parents ne sont pas adeptes par souci de propreté, de rapidité, de sécurité aussi ! Qui n’a jamais eu la peur de sa vie en voyant son enfant s’étouffer sur une morceau de pain ? Finalement quelque soit notre manière de nourrir notre enfant, l’essentiel c’est qu’il mange non?

La tétine / Le pouce

Là encore, 2 écoles. Ceux qui préfèrent la tétine car “elle se donne au Père Noël le moment venu” et ceux qui préfère le pouce car “il l’ont toujours sur eux, pas de souci de perte !”. Quoi qu’il en soit, l’un ou l’autre sont contraignants et ces habitudes sont difficiles à supprimer chez nos bambins, alors pourquoi se juger mutuellement ? Tout le monde est dans la même galère après tout !

Les écrans

Cette fois, le débat se joue sur la durée d’exposition et la nature des programmes regardés. Bien sûr, si un enfant passe 4h par jour devant les Anges de la téléréalité, le jugement est unanime. Mais parfois, une maman qui laissera son enfant regarder 20 minutes d’un dessin animé adapté à l’âge de son enfant, se verra jugée par celle qui a complètement banni la télé de chez elle. S’ensuit donc un débat sans fin et chiant au possible.

Laisser pleurer / Bercer

Le sommeil, sujet sensible. Alors que certains parents se réveillent au moindre pleurs et sont capables de bercer des heures leur bébé, d’autres les laissent pleurer. Certains disent reconnaître les pleurs d’un enfant et savent déceler les vrais pleurs de douleur ou de chagrin, des pleurs par “convenance”. Je ne donnerai pas mon avis, mais je dirais juste que tant que l’enfant n’est pas en danger, chacun élève ses mômes comme il ne souhaite !

Juger les autres c’est mal. Parce que personne n’a le cul totalement propre, alors le mieux pour tous, c’est de donner son avis, mais sans entrer dans le jugement et le dénigrement. Ca n’apporte rien au débat, sauf de l’animosité et de la culpabilité. A bon entendeur…

 

Share this article

What do you think?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

No Comments Yet.