Vous n’élevez pas mes enfants mieux que moi

By Posted on 1 2 m read 3.3K views

Non vraiment, je vous assure, personne ne fera aussi bien que moi. Tout comme je ne ferais pas mieux que vous avec les vôtres. Et la nature est vachement bien faite dans un sens non? Vous n’élevez pas mes enfants mieux que moi, alors n’insistez pas pour le faire malgré tout.

Vos remarques faussement bienveillantes, gardez les.

Non, ce n’est pas pour mon bien. Vous dites ça, vous dites rien, mais dans ce cas là ne dites rien, c’est mieux. Le nombre de fois où l’envie de vous envoyer chier me titille. Et ça peut être n’importe qui! Ma copine, ma belle-mère, ma mère, n’importe qui. Dès qu’on me fait une remarque je vois rouge. Et le pire c’est quand on fait un excès d’autorité devant moi. Oula non non non, ne vous aventurez pas sur ce terrain avec moi.

Ne menacez pas mes enfants, même “pour rire”.

Moi je ne rigole pas. Le genre de remarque qui me révulse : “si tu continues de crier tu auras une fessée !” Non franchement non. La fessée, c’est non. La menace c’est non. Sauf quand c’est moi. Moi j’ai le droit. Mais toi tu restes à ta place et tu ne tente pas un excès d’autorité sans qu’on te l’ai demandé. Un instinct de louve, de lionne, presque viscéral, se développe et je me mets sur la défensive, prête à attaquer, dès qu’on m’attaque.

Une self-défense maternelle.

Comme si j’étais prête à sauter à la gorge de celui qui viendra me mettre des bâtons dans les roues. Même si c’est fait en toute bienveillance, ça m’énerve. Alors non, je n’ai pas allaité, je n’ai pas aimé ça. Oui j’ai fais du cododo, c’était vital pour mon sommeil. Non je ne cuisine pas forcément tous les plats que mes enfants mangent, je n’ai pas le temps. Mais le pire c’est que parfois je me justifie alors que je n’ai absolument aucune raison valable de me justifier.

Faisons nous confiance et envoyons bouler ces personnes bien pensantes.

Celles qui trouveront toujours à y redire. Quoi que vous fassiez vous récolterez une remarque. Si vous n’allaitez pas, vous privez votre enfant des bienfaits de votre lait. Mais si vous allaitez trop longtemps, ça devient malsain. Si vous le laissez pleurer, vous êtes une mère indigne. Mais si vous le prenez dans vos bras au moindre cri, vous le couvez trop. Si vous l’aider à apprendre à marcher, vous mettez en péril son développement naturel. Mais si vous le laissez en motricité libre, vous en ferez un attardé.

PERSONNE. NE. SERA. JAMAIS. CONTENT.

Alors à tous ceux qui l’ouvre sans qu’on vous le demande : allez tous vous faire foutre. Vraiment.

Share this article

What do you think?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1 Comment
  • cool
    juillet 18, 2019

    so true