Un grand merci pour votre aide mais…

By Posted on 0 2 m read 140 views

…Mais c’est plus compliqué que ça. Quand on vient d’avoir un enfant, il est vrai que la fatigue est immense. Et un petit coup de main ne serait pas de refus. Mais on le refuse souvent malgré tout. Pourquoi ? Après tout, l’intention est bonne et vient de personnes en général de confiance. Alors pourquoi leur répondons nous “Merci pour votre aide mais…”. Pourquoi ce “mais” ?

Et bien parce que c’est complexe.

Car l’instinct d’une mère est tel que rien qu’à l’idée de laisser son bébé, nouveau-né de surcroît, à quelqu’un, nous bloque littéralement la respiration. On a désespérément besoin d’aide, d’air aussi. De souffler un peu, et de sortir la tête de l’eau. Mais nous ne savons pas vraiment comment le faire sereinement, en laissant bébé derrière nous.

Notre esprit s’emballe.

Et si vous ne prêtiez pas suffisamment attention à lui et que quelque chose lui arrivait ? S’il pleure et que vous n’arrivez pas à le calmer ? Et si une urgence survient et que je ne suis pas rentrée à temps ? Je ne pourrais jamais JAMAIS me le pardonner.

Comme un devoir d’être là. Présente, à chaque minute, chaque seconde de son début de vie. Le temps qu’il faut pour se sentir capable de s’éloigner de lui quelques heures. L’état estime qu’une mère est capable de retourner travailler, et donc confier son enfant, aux alentours de 3 mois. 3 petits mois. Personnellement je n’ai pas pu. Et j’ai du prendre encore 3 autres mois pour pouvoir le faire. D’autres auront besoin de bien plus. Et puis certaines pourront les confier dès le début.

Chacune vit l’expérience de la maternité comme elle le sent.

Faire confiance à son feeling est primordial. Car quand une maman ne le “sent pas. Alors elle ne doit pas le faire. Peu importe la pression de l’entourage. Les demandes insistantes. Si je ne me sens pas de te confier mon bébé, alors n’insistez pas. Merci pour votre aide, votre disponibilité, vraiment, du fond du cœur. Je sais que c’est pour me décharger. Mais croyez moi, cela ne ferait qu’ajouter de l’angoisse à ce flot de sentiments que je ressens depuis que ce petit être à faire éruption dans ma vie.

Nous devons avant tout chercher un bien-être. Un équilibre.

Et surtout, faire les choses quand nous nous sentons prêtes à les faire. Pas avant.

Share this article

What do you think?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

No Comments Yet.