Lettre à ma fille, ma lionne sauvage.

By Posted on 1 2 m read 850 views

Je pourrais dire ma chieuse aussi, car elle l’est beaucoup. Mais globalement c’est un petit bonbon en sucre, qui se mange sans modération. Cette lettre à ma fille, c’est pour lui dire que je l’aime autant qu’elle m’épuise. Beaucoup donc.

Ma petite chérie, tu as 2 ans et demi. Le terrible two comme on dit de nos jours. Une terrible période qui ne dure qu’un temps. Mais ce que je sais, c’est que toi, t’es terrible tout le temps. Un carafon merdique, que tu tiens probablement de moi d’ailleurs. Une tête dure comme la pierre. Des idées bien arrêtées. Une opinion bien tranchée. T’as que 2 ans et demi et tu sais déjà ce que tu veux. 

Surtout ce que tu ne veux pas.

Je suis si fière de toi. Fatiguée aussi. Mais la fierté est là. On vit dans un monde où il faut avoir une grande gueule pour survivre. Un monde assez moche pour faire des femmes des coupables en toutes circonstances. Alors je suis si contente de voir que tu ne te laisseras pas faire. Ca me rassure de savoir que tu sauras l’ouvrir quand il faudra. Que tu sauras taper là où ça fait mal. Pour te faire entendre.

Alors bien sûr, avec moi tu n’es pas obligée.

Tu peux te laisser aller, je ne veux que ton bien. Mais garde cette férocité bien précieusement. Je veux que tu sois capable de te défendre seule. Que tu n’ais besoin de personne pour ouvrir un bocal de cornichons. Qu’aucun homme ne te soit indispensable. Sauf quand il s’agit de sentiments. Je te souhaite d’être amoureuse à en crever. Pas tout de suite néanmoins. Disons dans une trentaine d’années.

D’ici là, sois à moi. Ma petite poupée grognon.

Je t’aime tellement si tu savais. Tes yeux rieurs, ton sourire ravageur, tes cheveux indomptables. Je ne changerai absolument rien de toi. Même tes éclats de colère, tes crises incontrôlées. Je les garde toutes entières. Parce que c’est ce qui fait de toi une personne à part entière. Une personnalité explosive mais si attachante.

Continue de t’affirmer, je resterais à tes côtés aussi longtemps que la vie voudra bien m’y laisser. Et même si je ne suis pas là, tu as ton frère pour t’épauler. 

Lui et toi êtes mes plus grandes fiertés. Un amour qui déborde de mon cœur, et qui grandit de jour en jour.

Sois heureuse et épanouie ma fille.

Maman.

Share this article

What do you think?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1 Comment
  • cool
    novembre 17, 2019

    J’adore le “Que tu n’ais besoin de personne pour ouvrir un bocal de cornichons.” !