Cette culpabilité sournoise qui n’a pas lieu d’être…

By Posted on 1 3 m read 456 views

Je parle de cette culpabilité qu’un grand nombre de mamans ressentent lorsqu’elles mettent leurs enfants à la crèche/chez la nounou, alors qu’elles sont à la maison. Soit parce qu’elles travaillent à domicile, soit parce qu’elles travaillent à l’extérieur et ont pris quelques jours de congés. Alors elles ont décidés de faire garder leurs enfants, pour souffler un peu.

Sauf que voilà : la société, l’entourage, la vie les font culpabiliser.

Pour celles qui travaillent à domicile c’est très compliqué. Je sais de quoi je parle car j’en fais partie. Et j’ai par moment des grosses crises de doutes. Comme si je confiais l’éducation de mes enfants à autrui, alors que je suis à la maison et qu’ils pourraient tout aussi bien être avec moi. Pourtant j’ai testé, je les ai gardé lorsque leur nounou était tombée malade. Et ma productivité, mon efficacité, étaient proche du néant. Je n’arrivais pas à avancer et cela m’énervait au point que je ne m’adressais à eux qu’en hurlant.

C’est donc pour mon bien et pour le leur que je les fait garder.

Je peux travailler sereinement, et ils sont occupés efficacement. Ils font des activités et sont stimulés pendant que je ne peux le faire. Une sorte de passation de pouvoir nécessaire et légitime. Mais j’ai toujours cette culpabilité sournoise qui vient s’immiscer dans mon cerveau.

Pour celles qui ont pris des jours de congés et qui ont fait garder leurs enfants, c’est mille fois pire. La société la juge avec effroi, se demandant comment fait elle pour se prélasser sur son canapé devant une série Netflix alors qu’une nounou garde ses enfants. 

Et bien moi j’ai envie de leur répondre ça :

Une maman, pour qu’elle soit une bonne maman, doit d’abord être une femme. C’est à dire un individu à part entière. Qui a donc besoin de temps. De repos. Une femme qui vit aussi pour elle et non pas que pour ses enfants. Et une femme qui a l’impression de se perdre au détriment de ses enfants est une maman qui se noie. Alors elle s’impatiente, s’énerve, et crie. 

Mais une maman qui aura pris le temps de ne rien faire, aura toute la force nécessaire pour gérer l’intendance du quotidien et avec plaisir en plus ! Parce que finalement, qui s’occupe de tout, dans la majorité des cas? Qui gèrent les crises nocturnes ? Les maladies ? Les bobos et les chagrins ? C’est papa mais surtout maman, avouons le. 

Et pour gérer tout ça, elle a besoin d’être en harmonie avec elle-même. D’avoir pris le temps de s’occuper d’elle pour bien s’occuper des autres.

Et ceux qui trouveraient à y redire, devraient plutôt se mêler de leur affaires.

Le monde est assez vaste pour que chacun vive sa vie comme il l’entend sans nuire à autrui. Un parent saura ce qui est le mieux pour son enfant, et pour lui même. Arrêtons de nous juger sous prétexte qu’on ne ferait comme ci ou comme ça. Laissez les gérer leur éducation comme ils le souhaitent. S’ils ont besoin de votre avis, ils vous le demanderont. Ou pas.

Share this article

What do you think?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1 Comment
  • MC
    novembre 25, 2019

    Exactement, le jugement des autres est assassin. Moi étant pour quelques temps maman au foyer, j’ai dû a l’époque ou mon fils était entre 2 et 3 ans et ou je l’avais mis 2 jours par semaine à la crèche a côté de sa maternelle; me justifier encore et encore car j’ai passé toute cette année là à me faire tacler par tout le monde! Moi qui voulais qu’il se sociabilise et se fasse des petits copains avec qui il serait en maternelle… J’en ai pris plein les dents, allant même jusqu’à me faire traiter de fainéante par un membre de ma famille ( c’est encore meilleur quand c’est la famille…). Elle m’a dit qu’avoir un enfant c’était pas le poser à la crèche et retourner au lit 🤐. Et j’en ai entendu tellement : mais pourquoi tu bosses pas si il va à la crèche ? Ou tu vas retravailler quand? Maintenant t’as plus d’excuses pour rester chez toi etc etc….
    C’est difficile d’être mère et d’être sans cesse dévalorisée et rabaissée.
    On a besoin de temps pour nous, notre cerveau en a besoin, notre coeur aussi.
    Merci à vous de le rappeler 😊