Une journée dans la vie d’une mère ordinaire

By Posted on 1 6 m read 1.9K views

“Les enfants, demain c’est dimanche, il n’y a pas école alors on ne se réveille pas à 7h30 d’accord ?”. D’accord, m’ont-ils répondu. Et je suppose qu’ils le pensaient, en le disant. Le lendemain matin, ils ne m’ont pas réveillée à 7h30, comme promis. Non, il était 6h50. Une journée dans la vie d’une mère ordinaire, commence forcément avant 8h de toute façon. Ou alors les enfants sont grands, ou absents. 

6h50, donc.

“Maman biberon !!” hurle Hana. Cette enfant ne sait pas parler sans hurler je crois. A-t-elle trop peur de ne pas se faire entendre ? A-t-elle l’impression d’avoir besoin de se faire une place dans la famille ? Je ne sais pas, mais elle hurle en permanence. Je quitte donc mon lit tout chaud, mon mari qui dort paisiblement à mes côtés, et je me dirige vers la cuisine. Préparer un biberon au radar, en espérant qu’il suffira à la faire se rendormir. Sauf que madame s’impatiente. “ALLEZ MAMAN BIBERON SITOPLAIT”. Et Adam qui se réveille. Evidemment.

“Maman c’est le matin ?” me dit-il encore plein de sommeil. “Techniquement oui, mais il est encore très tôt, tu peux dormir si tu veux”. “Non c’est bon, me dit-il, on s’habille ?”.

Ok donc c’est bel est bien terminé, la journée commence.

Je les habille. “Hana tu éteins la veilleuse ? – Non c’est Adam. – Adam va éteindre la veilleuse s’il te plait. – NON C’EST MOAAA ! crie Hana.” Cette girouette me rendra chèvre. Sauf qu’Adam était investi d’une mission, il devait éteindre cette veilleuse. Mais Hana a décidé qu’elle voulait le faire également. Et les voilà qu’ils se mettent à hurler. A 7h du matin. Je me lève et éteint moi même cette foutue veilleuse. Nouveaux cris dans l’assemblée, indignée.

Ils sont enfin prêts, on descend. “Vous voulez quoi au petit déjeuner ? – DES BONBONS ! – Non les bonbons ça sera au goûter chéri, là on prend un petit déjeuner. – Des chips alors !” Je fais mine de rien entendre et sort les tranches de pain de mie et la Nocciolata. “Qui veut des tartines ? – Moi ! En rectangle ! – Moi ! retangle maman aussi” Ok, c’est dans mes cordes. Je sors 2 tranches de pain de mie et les tartine de chocolat. Je les superpose et les coupe pour obtenir 2 rectangles. “NON MOI JE VEUX TRIANGLE”

Ma hurleuse, ma petite hurleuse.

“Hana chérie, mange déjà ce rectangle et ensuite je te ferai un triangle si tu veux”. Bien entendu ce fut un échec cuisant, mademoiselle n’en démordait pas. Je coupe donc son putain de rectangle en un triangle un peu bancal et je lui tends. “J’ai mal au ventre”. Très bien alors ne mange rien. Hurlements. Et elle fini par manger son triangle.

Le petit déjeuner avalé, ils se dirigent vers la salle de jeux, me laissant miroiter un semblant de tranquillité pour boire mon thé. Mais non. Bien sur que non. Les voilà qui se chamaillent, s’étripent, s’entretuent. Un précieux Lego sur lequel ils ont jeté leur dévolu. Il y en a des dizaines d’autres dans le paquet mais c’est celui ci qu’ils veulent tous les deux. J’endosse mon rôle d’arbitre et les séparent. 

“On joue ensemble tranquillement les enfants ok ? Vous voulez que je vous aide à construire quelque chose ? Allez Hana donne moi le Lego bleu. Adam trouve moi le grand Lego blanc. C’est bien les enfants, on continue à construire la tour. Non Adam c’est au tour de ta sœur. ADAM C’EST A HANA DE POSER SON LEGO. Hana ne crie pas s’il te plait. HANA ARRETE DE CRIER.”

Ça dure 15 minutes qui paraissent 3 heures.

“On va jouer un peu dehors ?” Ils sont contents. “On enfile les manteaux! Non Hana pas ce gilet, il est pas assez chaud, prend ta doudoune. Ta doudoune chérie il fait froid dehors. Adam enfile tes chaussures, elles sont à l’envers là. HANA TA DOUDOUNE. Ok alors on ne sort pas.” Protestations de l’assemblée. 10 minutes plus tard, j’arrive à les faire sortir, habillés convenablement.

Ils enfourchent leurs trottinettes et nous voilà sortis pour se balader. Je leur cours après, leur demandant d’éviter les routes, qu’ils ont l’air de beaucoup apprécier. Je vais consoler Hana qui vient de tomber. Une petite égratignure mais un chagrin gros comme le ciel. Adam qui tombe à son tour et qui réclame un pansement pour soigner son bobo imaginaire. On fini le tour tant bien que mal et on rentre à la maison.

Papa vient de se lever.

Ouf, du répit. Les enfants se jettent sur lui, et je prend le temps de souffler un peu. “On mange quoi ? Ca te dit qu’on prenne à emporter ?” Oh que oui ça me dit. Il va chercher à manger pendant que je prépare les monstres à passer à table. Hana qui ne veut pas se laver les mains mais qui y va toute seule dès que j’ai le dos tourné. Résultat, des trombes d’eaux dans la salle de bains, j’éponge comme je peux en gardant mon calme.

Papa est rentré, ça hurle dans tous les sens. Le repas dure des plombes. Le temps de trouver la bonne couleur d’assiette, la bonne température de l’eau et la bonne place à table. On mange enfin. Le sol se régale aussi. Mais ça fait parti de l’apprentissage il parait. La DME ils appellent ça.

Une fois rassasiés, les enfants filent au salon avec papa qui leur met des comptines. “Je retourne me coucher, dis-je à mon homme, tu gères le reste” et je disparais avant que les deux godzillas me voient.

Hana ne veut plus faire de sieste les weekends. La semaine chez nounou elle dort encore, mais les weekends c’est devenu très rare. Alors je ne m’acharne pas, si elle est fatiguée elle dort. Si elle ne veut pas, elle ne dort pas. Mais moi je ne suis pas là. Je monte à l’étage et je me glisse sous la couette encore chaude.

J’entends ma fille qui hurle, mon fils qui la provoque, et mon mari qui tente d’éteindre des feux. Mais ça s’embrase, forcément. Avant je me levais pour intervenir, maintenant je m’en fous. Il en va de ma santé mentale. C’est leur père après tout, pas une baby sitter. Et puis il se vexait de voir que je voulais intervenir. “Je suis capable de les gérer hein !” Et bien gère donc chéri, moi je suis en batterie faible, tu m’excuseras.

Une heure plus tard, c’est les petites mains potelées de ma fille qui viennent me tirer de mon sommeil. “réveille toi maman chérie” chuchote-t-elle. C’est bien la seule fois qu’elle chuchote d’ailleurs. Je serais bien resté 1h de plus. Ou 10. Je regarde l’heure : 16h00. Il reste le goûter, et encore 3h d’occupation avant la valse infernale du diner-bain-dodo.

Je me tire du lit et retourne à ma vie.

Le goûter se passe dans les cris, la faute au dernier yaourt à la framboise qu’ils veulent tous les deux. C’est tellement difficile de garder son calme quand l’ambiance n’est que tempête. Mais on essaie de ne pas dépasser la ligne rouge, celle qui me rendra folle à lier, et qui me fera leur hurler dessus comme s’ils n’étaient pas mes enfants. 

Les 3 heures passent par je ne sais quel miracle, puis on les fait diner. Puis on les baigne. Puis on les couche. Une histoire, puis deux histoires. Un bisou de bonne nuit et on descend dans le salon. “Maman câlin !”, je vais câliner, puis je redescends. “Maman j’ai soif”. Je vais donner de l’eau, puis je redescends. “Maman je peux te dire quelque chose ?” je vais entendre ce qu’elle a à me dire. “Tu peux dire à papa de venir ?”. Je redescends et dit à Papa d’y aller.

La valse reprends, pour lui cette fois.

Trente minutes plus tard, le silence. Ils dorment enfin. Il est 21h, la soirée peut commencer. Sauf que moralement c’est pas trop ça. Une fatigue qui use les nerfs, traitresse, car invisible. Physiquement ça va, mais dans la tête c’est dur. Alors on essaie de se mettre un film. On regarde à moitié, et on va se coucher. Câlins coquins, et dodo. 

Je regarde l’heure : 1h. Dans 3h Hana voudra un biberon, et 3h après, le réveil sonnera. Lundi arrivera.

Et il faudra se lever de bonne heure, et de bonne humeur.

Share this article

What do you think?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1 Comment
  • Marie Julie
    décembre 11, 2019

    Haha sacré job d’être parent… Je vois ma cousine un peu comme vous dans son rôle de maman. Négocier avec eux, les séparer, faire l’arbitre…
    Lu comme ça, ça ne donne vraiment pas envie d’être parents. J’espère qu’il y a de bons moments aussi 🙂

    Bonne continuation pour le blog, j’aime la partie cuisine !