Maman avant tout : savoir organiser ses priorités

By Posted on 0 3 m read 1.5K views

Toutes les mamans sont différentes. Le seul point commun qu’elles ont toutes forcément, c’est d’aimer leurs enfants aussi fort que possible. Elles ont chacune leur manière d’aimer, de le montrer, de le vivre, mais elles aiment toutes d’un amour inconditionnel. Une fois cette donnée posée, il est plus facile de ne pas juger les autres mamans, sous prétexte qu’elles ne font pas comme on aimerait qu’elles fassent. Parce qu’une maman, c’est une femme, une ambition, une carrière, une vie, mais une maman avant tout.

Certaines considèrent que leur carrière est primordiale.

Qu’elles ne peuvent envisager la vie sans travailler pour atteindre une réussite professionnelle qu’elle se sont fixée. Je respecte ces femmes là. Cette ambition qui leur permet d’être debout, sur tous les fronts. D’assurer même quand elle ne peuvent pas. D’avoir des journées à rallonge, mais quand même prendre le temps du bisou-câlin le soir. J’ai une réelle et profonde admiration pour ces mamans là.

D’autres, en revanche, font passer leurs enfants avant tout.

Leur carrière leur importent peu, du moment qu’elles peuvent élever leurs enfants comme elles l’entendent. Elles ont des jobs, mais rien d’aussi important et gratifiant que de faire grandir leurs bambins aussi bien qu’elles le peuvent. Elles essayent sans cesse de s’améliorer, d’acquérir de nouvelles connaissances qu’elles mettent au service du rôle de leur vie. Malgré les diktats d’une société qui leur demande l’impossible, elles arrivent à mener leur barques selon leur propres règles. Elles inspirent le respect et l’admiration, elles aussi.

Personnellement, je me situe entre les deux.

J’adore mon travail mais je me définie à travers mon rôle de mère. J’ai attendue toute ma vie pour être cette maman pour mes enfants. Cette période longue quand on la vit mais infiniment courte quand on y pense, où nous devons tout leur apprendre, c’est ma raison de vivre. Mes enfants ont besoin de moi maintenant. Moins qu’hier mais plus que demain. En grandissant, ils me laisseront redevenir cette ambitieuse personne qui se voyait décrocher la Lune en talons aiguilles. Elle est encore là, enfouie. Mais je la fais taire, pour ne pas passer à côté de tellement de choses. Un jour ils arrêteront de vouloir me parler non stop, de me suivre partout où je vais, ou de réclamer mes bras lorsqu’ils seront fatigués ou malades.

Leurs petites mains potelés ne toucheront plus mon visage, quand je m’endors auprès d’eux. Un jour ils n’auront plus besoin de moins pour s’endormir. Mais aujourd’hui, j’aime tellement ce moment où je les sens doucement sombrer dans les bras de Morphée, leurs respirations douces, la chaleur qui émane de leurs petits corps. La petite transpiration qui fait coller leurs cheveux sur leurs fronts. Leur odeur dans le cou. Cette odeur de bébé qui disparaitra si vite.

Ils m’ont choisie, moi, comme étant leur endroit sûr, leur phare dans la tempête.

Et je suis honorée d’être celle qu’ils appellent maman. Certes, ce temps passé à faire la sieste avec eux, je pourrais le consacrer à autre chose. Des choses d’adultes. Productives et chiantes. Mais ce regard qu’ils ont quand ils se réveillent et qu’ils me voient là, au même endroit, c’est ce qui me fait les aimer si fort que ça en devient douloureux.

Ils ont besoin de moi mais je crois que c’est moi qui ai le plus besoin d’eux.

Quand j’aurai accomplie ma mission, quand ils décideront qu’ils n’auront plus besoin de moi, alors je pourrais retourner à ma carrière. Mais la décision viendra d’eux. Moi je resterais là aussi longtemps qu’ils le voudront.

Share this article

What do you think?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

No Comments Yet.