A toi, qui me dit de laisser pleurer mon enfant…

By Posted on 1 3 m read 14.7K views

A toi, cette personne bien intentionnée qui me suggère de le laisser pleurer, de le laisser dormir seul, dans son lit, dans sa chambre. Alors que mon bébé n’a que quelques mois. A toi, qui me dit de suivre tes “précieux” conseils”, laisse moi t’expliquer comment moi je vois les choses.

Ce bébé, cet enfant qui est le mien, je l’ai crée. Littéralement.

C’est à dire que mon corps a été le sanctuaire dans lequel ce petit être a grandi. Il s’est formé au rythme des battements de mon cœur. Il bougeait avec moi, respirait grâce à moi. Il se nourrissait à travers moi et n’entendait distinctement que le son de ma voix.

Pendant 9 mois, il a fait partie de moi.

Quand il naît, jusqu’à lors, il n’a connu que cet endroit, mon corps. Ma chaleur et mon réconfort. Et toi, tu me dis qu’il faudrait que je le laisse pleurer ? Que je l’abandonne dans ce lit froid, dans sa chambre, loin de moi ? Comment peux-tu penser que c’est bénéfique pour lui ? Comment veux tu que cet enfant grandisse dans de bonnes conditions si dès les premiers mois on le maltraite comme ça ?

Car oui, c’est de la maltraitance.

Un bébé ne fait pas de caprices, même si tu as l’air déterminé à me le faire croire, un bébé ne fait pas de caprices. Il n’a pas la maturité nécessaire pour savoir ce qu’est un caprice. S’il pleure, c’est qu’il y a quelque chose qui le chagrine. Qui le chiffonne. Et c’est mon rôle à moi de déchiffonner tout ça. De le cajoler et de le câliner, jusqu’à ce qu’il se calme. Et on se rend vite compte qu’il y avait effectivement quelque chose qui clochait.

Un bébé ne pleure pas sans raison.

Et je préfère suivre mon instinct de mère, plutôt que des conseils de personnes qui ont eu des enfants il y a bien longtemps, et qui ont vite oublié à quel point c’est pénible de recevoir des conseils non sollicités. Car oui, il y a quelques années, tu étais à ma place, et toi aussi ils t’agaçaient ces gens là avec leur remarques. Et bien tu es devenu l’un d’eux, félicitations.

Alors a toi qui me dit ci, qui me dit ça, non je ne laisserai pas pleurer mon bébé.

Il dormira avec moi s’il le veut. Il restera dans mes bras tant qu’il le voudra. Je le porterai contre moi aussi longtemps qu’il le faudra. Parce que ça passe vite, tu le sais. Il aura vite 1 an, 5 ans, 8 ans. Les années passeront et son besoin de moi diminuera. Et c’est à ce moment là que je chérirais ces heures passées à le bercer, mon tout petit bébé.

Je vais à mon tour donner un conseil à toutes les jeunes mamans

Mes enfants ont grandis, ils ont (presque) 3 ans et 5 ans maintenant. Et quand je demande à mon fils s’il veut que je m’allonge avec lui dans son lit, il me répond “non”. Un non, pas méchant, mais si cruel. Quand ma fille me dit qu’elle veut aller dans son lit pour faire une sieste, et ne me demande pas de l’accompagner, j’ai mon cœur qui se déchire. C’est normal de les voir se détacher de moi, c’est même plutôt sain. Mais mon cœur de maman est malmené malgré tout. Alors mon conseil, le voici : écoutez vous. Faites comme vous le sentez. Il n’y a pas de bonnes ou mauvaises habitudes. Il y a vos envies et l’envie de vos enfants. Faites en sorte de n’écouter qu’elles.

Cœur sur vous.

Share this article

What do you think?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1 Comment
  • Junior87
    janvier 28, 2020

    Il y a pleurer et pleurer, je pense. Ma fille aînée était une enfant qui a fait ses nuits très tard. J’ai souvent dormi sur le parquet de sa chambre, fait des nuits blanches, les faite dormi avec nous… mais il y avait aussi des moments où je la laisser pleurer pour essayer de lui faire comprendre que je ne pouvais pas non plus être constamment à sa disposition. Finalement, elle a fini par faire ses nuits après l’avoir laissé pleurer plusieurs nuits. Il faut savoir que j’ai fait une dépression qui a durée plusieurs années, son père étant jamais avec nous, qui faisait passer son boulot et ses potes en priorité, je l’ai très mal vécu, j’ai jamais eu personne pour me donner un coup de main, j’ai donc pratiquement élever ma fille seule. Aujourd’hui, je ne le regrette pas, ça a forgé son caractère. Ma soeur quand à elle, à deux enfants elle a toujours tout cédé à son fils, il n’a jamais le temps de pleurer car à la moindre grimace elle le prend dans les bras, elle en a fait un enfant capricieux qui croit pouvoir avoir tout ce qu’il veut. A l’heure actuelle, il va avoir 3 ans, il ne passe pas une seul nuit dans son propre lit, car elle l’a habitué à toujours le prendre avec elle dans son lit et elle s’en mord les doigts car plus aucune intimité avec son conjoint. Elle a fait le choix d’avoir un enfant rapproché. C’est une petite fille adorable, qui ne pleure pratiquement jamais tout simplement parce qu’elle a revu ses objectifs. Sa fille a 14 mois, elle a toujours dormi dans son propre lit même durant ses pleures car tout simplement son frère dort constamment dans le lit conjugal, donc forcément la petite à donc une éducation totalement différente de celle de son frère et elle n’a pas l’air de s’en plaindre. Bref, tout ça pour dire que l’on peut laisser un enfant pleurer mais que si il y a de bonnes raisons